Estampes japonaises Masao Ebina

Quatre authentiques estampes japonaises de Masao Ebina sur Le dit du Genji

Wakana (Young fresh greens)  
     
Yomogyu (Weeds)  
     
Hahakigi  
     
The flute  
     

Quatre estampes sur les 53 qui illustrent le dit du Genji datent de 1953.

Le Dit du Genji (en japonais 源氏物語, genji monogatari?) est une œuvre considérée comme majeure de la littérature japonaise du XIe siècle, attribué à Murasaki Shikibu. L'intrigue du livre se déroule pendant L'époque de Heian.

Le Genji est un fils d'empereur qui ne peut prétendre au trône. Il est donc à l'origine (源, gen) d'une nouvelle branche (氏, ji) impériale.

Le Dit du Genji, qui se présente comme un récit véridique (物語, monogatari), raconte la vie d'un de ces princes impériaux, d'une beauté extraordinaire, poète accompli et charmeur de femmes. Toutefois, bien que le roman soit présenté comme une histoire vraie, on pense généralement que Murasaki Shikibu s'est inspirée de Fujiwara no Michinaga (966 - 1028) un homme d'état réputé.

Il s'agit pour beaucoup du premier roman psychologique du monde. La caractère intemporel des relations humaines y est pour beaucoup et si les us et coutûmes de la cour peuvent nous être étrangers, les vicissitudes que rencontrent les personnages sont bien plus familières. Par bien des aspects l'œuvre est une critique incisive et complète des mœurs décadentes de la cour de Heian mais avec un regard intérieur, intime car après tout l'auteur est elle même un membre de la cour. Si on prend en compte la date de l'œuvre, les sujets abordés sont très en avance sur leur temps. Il y a là la femme bafouée, le mari jaloux, la courtisane, le séducteur impénitent, la fascination du pouvoir, les différentes classes sociales, l'argent.
Un des plus anciens manuscrits du roman, musée Gotō. Encre sur rouleau de papier XIIe siècle
Un des plus anciens manuscrits du roman, musée Gotō. Encre sur rouleau de papier XIIe siècle

Une des difficultés majeures de lecture réside dans le fait que les personnages (plus de deux cents) sont presque tous nommés uniquement par leur titre dans la Cour impériale. L'histoire durant plusieurs dizaines d'années, ils évoluent, et donc changent de titre. Les lecteurs et les traducteurs contemporains utilisent divers sobriquets pour suivre les nombreux personnages du roman.